Chroniques, Non-fiction

L’homme qui aimait trop les livres – Allison Hoover Bartlett | Avis

L’amour des livres : un nouvel extrémisme ?

Vous avez dit bibliophilie ? Peut-on aimer les livres au point de les dérober ? Ici, on ne parle pas du dernier livre de poche ou de BD mais bien d’oeuvres d’art : les premières éditions et les livres précieux. Allison Hoover Bartlett nous emmène dans une enquête passionnante pour dévoiler les dessous du livre ancien.

Qu’en dit l’éditeur ?

Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l’histoire d’une traque haletante entre deux amoureux du livre. Jusqu’où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu’où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ? L’Américain John Gilkey a dérobé pour 200 000 dollars de livres anciens. Son but, réunir une collection à son image. C’était compter sans la ténacité de Ken Sanders, libraire irascible, qui s’improvise détective et mène l’enquête.

 » L’admiration que sa collection provoquait semblait bien être au centre des motivations de Gilkey. Ce n’était pas tant l’amour des livres qui l’animait que ce que sa collection disait de lui. C’était une ambition tout à fait commune – donner une image de nous-mêmes grâce à nos chaussures, notre voiture ou la musique que l’on écoute – mais poussée à l’extrême. »

Qu’en pensent les Nuages ?

Voilà une plongée agréable dans l’univers du livre ancien, très souvent méconnu. Pas à pas, j’ai pu découvrir un monde de collectionneurs passionnés qui frôlent parfois l’obsession. Mais cette atmosphère qui peut sembler idyllique n’échappe pas aux méfaits de Gilkey, voleur récidiviste d’ouvrages anciens. Parce que collection peut rimer avec infraction.

Journaliste de métier, l’auteure a fourni un travail de recherches minutieux pour nous délivrer un roman plaisant et détendant. Pour les amateurs de policiers, il ne faut pas s’attendre à une fiction pleine de rebondissements mais plutôt à un reportage écrit tout à fait objectivement. Reportage qui pousse à la réflexion sur notre rapport à la lecture, à l’achat et à la possession matérielle. Un bel hommage aux livres objets ! (sans compter la couverture magnifique des éditions Marchialy !)

Note : 4 sur 5.

L’homme qui aimait trop les livres, Allison Hoover Bartlett
Éditions Marchialy (également disponible en poche aux éditions Pocket)

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s