Chroniques littéraires, Détente

La femme au manteau violet, Clarisse Sabard

Quel est le lien entre le Cotton Club et un pendentif à l’effigie du jeune Gabriel ? C’est ce que Clarisse Sabard nous propose de découvrir dans son roman passionnant. Une lecture très agréable dont j’ai hâte de vous parler.

Qu’en dit l’éditeur ?

2018 : À la suite d’un accident, Jo apprend qu’elle risque la rupture d’anévrisme, et que l’opération qui pourrait la sauver n’est pas sans risques. Persuadée qu’elle va mourir, elle se réfugie chez son grand-père. Elle découvre alors qu’il a reçu quinze ans plus tôt un pendentif, accompagné de quelques mots griffonnés : « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit. » Déterminée à percer ce secret de famille, Jo se rend en Angleterre, sur les traces du mystérieux bijou.

1929 : Charlotte et son mari se rendent à New York en voyage d’affaires. Là-bas, la jeune femme s’éprend du charmant Ryan… Lorsqu’il apprend qu’elle l’a trahi, son époux, pris d’un violent accès de rage, la laisse pour morte. À son réveil, Charlotte comprend, effondrée, qu’il est parti avec ses papiers : il lui est désormais impossible de rentrer en France et de rejoindre son fils Gabriel.

« Les époques ont beau être différentes, ce sont finalement toujours les mêmes sentiments qui nous animent. La haine, les doutes. L’amour. La peur. »

Qu’en pensent les nuages ?

J’aime les récits construits autour d’une double temporalité. Les allers retours entre le New York des années 30 et Ifracombre (Angleterre) en 2018 m’ont fait voyager. D’ailleurs, la trame du roman de Clarisse Sabard m’a fait penser à La pâtisserie de Long Island : une jeune femme, en prise avec des problèmes personnels, se réfugie chez son grand-père qui lui permet de découvrir des ancêtres dont l’histoire va influencer des choix de vie décisifs. Mais, à la différence du roman de Sylvia Lott, La femme au manteau violet met en scène deux héroïnes et deux époques captivantes.

Charlotte et Jo, figures féminines centrales de ce roman, sont attachantes, résilientes et bien entourées. Face à la séparation d’avec son enfant ou à un risque d’AVC, elles surmontent les déconvenues et souffrances de la vie avec courage. Charlotte nous fait vivre au cœur de New-York, au son du jazz. La musique est très présente dans l’histoire et lui confère un certain tempo. Quelle joie de découvrir à la fin de l’ouvrage une playlist créée par l’auteur regroupant toutes les références musicales! Tel un bon morceau, le récit rythmé varie entre révélations surprenantes et moments de douceur. J’était suspendue aux lèvres de Doris contant la vie de sa mère, ce qui m’a permis de partager l’impatience de Jo par moment. Très contemporaine et humaine, Jo m’a régalé par ses réflexions amusantes et son amitié avec Adeline. Gagnant en confiance en elle au fil des pages, elle se révèle être une vraie combattante comme Charlotte.

« Parce que je voulais que tu prennes vraiment conscience des tempêtes que Charlotte a bravées. C’était une femme forte et tu fais partie de cette lignée. C’est ton ADN. »

J’ai été séduite par le style de l’auteur : clair, concis, bien adapté aux différentes époques. Clarisse Sabard traite avec justesse de la maternité et des certitudes qui y sont liées. N’ayant pas d’enfants, je ne suis pas toujours touchée par les récits évoquant ce sujet. Mais, j’ai été surprise de constater à quel point la plume de l’auteur permet de compatir à la peine de Charlotte, à son sentiment de vide.

Mon seul regret : devoir quitter les personnages en refermant le dernier chapitre. Une lecture à déguster avec un éclair au chocolat !

Note : 4 sur 5.

La femme au manteau violet, Clarisse Sabard
Éditions Charleston

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s