Chroniques, Historique

La librairie des rêves ensevelis – Madeline Martin | Avis

Des livres à l’épreuve des bombardements

La Deuxième Guerre mondiale est un sujet amplement traité dans la littérature. Au service de la mémoire collective, Madeline Martin aborde ce pan de l’Histoire sous un angle différent : à travers les yeux d’une apprentie libraire. Les livres ont-ils un rôle à jouer pendant un conflit armé ? C’est ce que La librairie des rêves ensevelis nous propose de découvrir.

Qu’en dit l’éditeur ?

Hyde Park, le grand magasin Harrods, les bus rouges à impériale… En s’installant à la capitale, Grace Bennett découvre le charme et l’effervescence de Londres. Mais le travail qu’elle décroche dans une petite librairie est bien loin du glamour dont elle rêvait. Les étagères où s’entassent les livres croulent sous la poussière, le propriétaire, Mr Evans, est aussi revêche et austère que l’intérieur exigu de son établissement et dehors, la guerre gronde déjà.

Pourtant, entre les black-out et les évacuations qui rythment son quotidien, c’est au coeur de ces rayonnages pleins à craquer que Grace trouve une ressource insoupçonnée et s’abandonne aux joies de la lecture.

Une nuit de bombardements, alors que la panique règne dans l’abri antiaérien où tout le quartier a trouvé refuge, Grace commence à lire à voix haute. Et chaque soir d’attaque, bravant l’horreur et la peur, elle va puiser dans les plus beaux romans de la littérature anglaise l’espoir de jours meilleurs.

Un an plus tôt, elle ignorait encore les joies de la lecture, elle était incapable d’apprécier ces petits plaisirs presque sensuels. Et dans ce monde chaotique et gris, elle devait saisir tous ceux qui se présentaient. Elle aimait les aventures qu’elle vivait au fil des pages. Plongée dans un livre, elle oubliait la fatigue, les bombardements, le rationnement.

Qu’en pensent les Nuages ?

Amoureuse des livres, La librairie des rêves ensevelis m’a embarquée dès les premières pages. Tous les éléments que j’apprécient y sont réunis : toile de fonds historique, personnage forts et attachants, inspiration de faits réels. Le roman débute par l’arrivée de Grace Bennett à Londres. Ce nouveau départ est vite perturbé par l’annonce de l’entrée en guerre de l’Angleterre. Au fil des pages, Grace évolue dans un microcosme, la librairie de Mr Evans, qui va devoir s’ouvrir aux autres et à l’actualité.

La vie quotidienne sous le Blitz

Aujourd’hui, Londres est une ville vibrante, cosmopolite, au dynamisme contagieux. Mais la capitale anglaise a subi des dégâts considérables pendant la Seconde Guerre Mondiale. Revenant sur cette période, l’auteur décrit avec précisions le quotidien des habitants soumis au black-out et au rationnement. Pendant le Blitz, l’animation des grands magasins, les fish and chips et la vie nocturne enjouée laissent place aux abris anti-aériens, à la famine et aux bombardements. La vie de Grace, fraîchement débarquée dans la ville, bascule en quelques jours. Autour d’elle, l’effort de guerre s’organise. Les enfants partent pour la campagne tandis que les hommes s’enrôlent. Avec pudeur et justesse, Madeline Martin évoque les pertes matérielles mais surtout humaines. Aux tristes nouvelles du front s’accordent la peine et la douleur ressentis par les survivants.

Au sein de sa communauté, Grace fait preuve d’initiative pour apporter son aide. Car l’entraide est essentielle pour survivre aux assauts ennemis. Elle est entourée d’un panel de personnages attrayants, dont les personnalités se révèlent au fil des offensives. Leur quotidien est désormais rythmé par les sirènes, ces alertes synonymes de dangers imminents. Face aux bombardements et aux évacuations, Grace fait des livres ses alliés.

Un horizon plein d’espoir grâce aux livres

La librairie des rêves ensevelis c’est aussi le quotidien d’une jeune femme qui découvre la puissance de la littérature. Guidée par celui qui battre son coeur (oui, il faut bien un peu de romance mais l’auteur ne tombe pas dans l’exagération!), Grace tourne les pages des classiques avec engouement. Dès ses premiers pas dans la librairie du quartier, elle redouble d’ardeur. Rangement, classement, ménage ne sont pas au goût de Mr Evans, mais Grace met en place des techniques de vente efficace. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la librairie prospère en ce temps de guerre. Parce que les livres servent de refuge et de repères au milieu du chaos. Consciente de la valeur des écrits qu’elle vend, Grace se lance dans des lectures à voix haute. Au coeur du métro qui sert d’abri, sa voix retentit et apporte réconfort aux évacués de tous les âges. Le succès est immédiat car le « public » en redemande.

Le pouvoir de la lecture et des livres est parfaitement dépeint. Les histoires sont synonymes d’évasion, de consolation et de partage pour les oreilles attentives. L’auteur évite la vision enchanteresse (non, les livres n’ont pas résolu le conflit) mais elle montre à quel point la lecture apporte un soulagement et délie la parole. Grâce à une plume simple, des personnages attrayants et des détails historiques précis, Madeline Martin m’a captivée au coeur de la capitale bombardée .

La librairie des rêves ensevelis : à qui le recommander ?

Aux amoureux des livres, aux éternels optimistes, à ceux qui souhaitent découvrir la Seconde Guerre mondiale sous une autre perspective.
Un roman historique touchant qui rappelle le pouvoir des mots.

Note : 4 sur 5.

La librairie des rêves ensevelis, Madeline Martin
Parution : 02/2022
Éditions Charleston
304 pages

Publicité

3 réflexions au sujet de “La librairie des rêves ensevelis – Madeline Martin | Avis”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s