Chroniques, Polar/Policier

Avec la permission de Gandhi – Abir Mukherjee | Avis

Un souffle de révolution indienne

Parmi mes bonheurs littéraires annuels figure la lecture des aventures de Wyndham et Banerjee. Leurs enquêtes dans l’Inde coloniale sont un vrai régal. Les deux premiers tomes écrits par Abir Mukherjee ont été des coups de coeur. Est-ce que le troisième tome Avec la permission de Gandhi sera à la hauteur ?

Qu’en dit l’éditeur ?

Décembre 1921, le Raj tremble. Un certain Gandhi prône la désobéissance civile et des foules de manifestants pacifiques mais déterminés s’apprêtent à envahir les rues de Calcutta. Comment éviter que l’élégant prince de Galles, en visite officielle, ne soit témoin de la révolte qui gronde ? C’est à cette situation inédite que la police impériale est appelée à se mesurer alors que dans la région des meurtres inexplicables se multiplient. Le capitaine Wyndham et le sergent Banerjee n’ont pas peur de se battre sur plusieurs fronts, mais pour Wyndham se rajoute une lutte serrée contre une addiction à l’opium de plus en plus envahissante. Tandis que Banerjee se donne un mal de chien pour concilier l’inconciliable: sa sympathie pour les courants indépendantistes et son appartenance à la police du colonisateur honni. Malgré leur pugnacité, l’issue de tous ces combats est loin d’être acquise.

Nous ne pouvons dominer l’Inde que par la force des armes, mais la force est inefficace contre un peuple qui ne contre-attaque pas ; parce que vous ne pouvez pas tuer sans tuer aussi une part de vous-même.

Qu’en pensent les Nuages ?

Jamais deux sans trois : je confirme le coup de coeur pour le troisième opus des enquêtes de Wyndham et Banerjee. La plume d’Abir Mukherjee est toujours aussi documentée, l’intrigue est toujours aussi prenante et les personnages sont toujours aussi attachants.

Calcutta au coeur de la désobéissance civile

Comme l’indique le titre du roman, la protestation non-violente initiée par Gandhi sert de contexte historique à l’enquête. À Calcutta, les manifestations pacifiques se multiplient et mettent à mal les forces de police dont les effectifs diminuent à vue d’oeil. L’auteur décrit avec justesse le dilemme rencontré par le sergent Banerjee : soutenir l’occupant anglais ou l’indépendance voulue pour les indiens. Que faire quand des connaissances se lancent corps et âme dans le combat l’autonomie ? Que faire quand vos supérieurs colonisateurs requièrent des sanctions contre vos proches ?

J’ai trouvé très intéressant de suivre les conséquences du soulèvement indépendantiste sur une famille du pays. Sans parti pris, Abir Mukherjee trouve un juste équilibre entre l’Histoire et l’intime, entre les enjeux géopolitiques et les aspirations personnelles des protagonistes. À ce défi quasi « identitaire » que doit relever Banerjee, s’ajoutent les inquiétudes de Wyndham concernant l’occupation britannique. Ses certitudes vacillent et l’ennemi n’est pas forcément celui qu’on croit.

Dans cette atmosphère tendue, la vigilance est de mise pour préparer la venue du prince de Galles. Pour compliquer le tout, un meurtre puis deux alertent nos policiers.

Sur les traces d’un serial-killer ?

Un même mode opératoire mais des victimes sans lien particulier : est-ce un danger pour le Prince de Galles ou de simples coïncidences ? Une véritable course contre la montre s’engage pour découvrir la vérité. Les chapitres sont courts et le rythme est haletant. J’ai bien ressenti l’urgence et l’inquiétude amplifier au fur et à mesure des heures précédant la visite officielle.

Très bien ficelée, l’ intrigue se concentre sur quelques jours. Avec les moyens du bord et de l’époque, Banerjee et Wyndham recoupent les informations pour démêler le vrai du faux. Pourchasser le responsable de ces meurtres en série est l’occasion de parler des Gurkhas, soldats originaires du Népal. Au sein de l’armée britannique, près de 100 000 Gurkhas ont combattu pendant la Première Guerre mondiale. En évoquant leur sort et le gaz moutarde, Abir Mukherjee revient sur les horreurs de la Grande Guerre, bien connue du capitaine Wyndham.

Vous l’aurez compris, Avec la permission de Gandhi est un sans-faute : des détails historiques, une pointe d’humour et des rebondissements crédibles. Dévorée en quelques jours, j’attends la suite de ce tome passionnant avec impatience.

Avec la permission de Gandhi : à qui le recommander ?

Aux amateurs de mystères, aux amoureux de l’Inde qui s’intéressent aux enjeux de son indépendance, aux lecteurs appréciant les duos atypiques.

Un roman policier captivant, mettant en scène des enquêteurs habiles dans une Inde révolutionnaire.

Note : 5 sur 5.

Avec la permission de Gandhi, Abir Mukherjee
Parution : 01/2022
Éditions Liana Levi
320 pages

Publicité

3 réflexions au sujet de “Avec la permission de Gandhi – Abir Mukherjee | Avis”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s